Nouvelle levée de fonds pour la startup Ynsect !

0
207

Basé à Paris, Ÿnsect a pour objectif de devenir le leader mondial de la production de nourriture à base d’insectes pour l’alimentation animale et piscicole.

En février, Ÿnsect a levé 110 millions d’euros dans le cadre d’une levée de fonds de série C – la plus importante levée de fonds à ce jour pour une startup agricole en dehors des Etats-Unis.

Ynsect, une startup qui veut révolutionner l’agriculture

La start-up promet de présenter une alternative plus durable aux sources de protéines telles que le soja, qui demande de grandes quantités de terres, de sols et de ressources en eau pour produire.

Aujourd’hui, Ÿnsect lance officiellement la première installation industrielle entièrement automatisée pour la production de protéines d’insectes de première qualité.

Le projet, appelé FARMYNG, est basé dans la ville d’Amiens, dans le nord de la France, et bénéficie d’un investissement de 20 millions d’euros de la Commission européenne et de l’entreprise commune Bio-Based Industries (BBI JU). Ÿnsect est la première entreprise française a obtenir un financement de l’UE d’une telle ampleur.

« Nous sommes très fiers. Nous tenons à remercier tous nos partenaires pour leur engagement et la Commission européenne et BBI JU pour leur confiance », a déclaré Antoine Hubert, CEO et fondateur de Ÿnsect. « L’Europe démontre son leadership mondial en matière de sources de protéines alternatives et est le berceau de pionniers tout au long de la chaîne de valeur. »

FARMYNG produira à l’échelle industrielle des insectes appelés Tenebrio Molitor, qui pourront être utilisés comme protéines de première qualité pour l’alimentation animale et les engrais.

Ce sera la première fois que des protéines d’origine biologique seront produites à l’échelle industrielle pour répondre à une demande mondiale sans cesse croissante.

Le projet aura un impact considérable sur le Nord de la France et l’Europe au cours des 10 prochaines années, avec la possibilité d’augmenter la production à plus de 200 000 tonnes de protéines avec un chiffre d’affaires attendu d’environ 1 milliard € et la création de 1 200 emplois directs et indirects.

De plus, l’usine sera bénéfique pour l’environnement en évitant d’avoir à réduire de 800 000 tonnes les stocks de poissons sauvages.

La larve Molitor contient plus de 70% de protéines et est une source naturelle de nutriments pour un large éventail d’animaux, y compris les poissons, la volaille, les porcs, les chiens et les chats.

C’est aussi l’espèce d’insecte la mieux adaptée à l’élevage industriel, avec un potentiel énorme comme source alternative de protéines de première qualité en raison des avantages nutritionnels et sanitaires inégalés qu’elle offre aux plantes et aux animaux.

Ces qualités font que le Molitor est parfaitement placé pour promouvoir une économie circulaire. Le ver de farine consomme toutes sortes de matières organiques, même de qualité inférieure.

Elle pousse rapidement et nécessite moins d’espace, moins de terre et moins d’eau que les autres sources de protéines animales. Il dégage également moins d’ammoniac et moins de gaz à effet de serre que d’autres protéines animales de première qualité. L’ensemble du système de production est conçu sur le modèle d’une économie circulaire sans déchets.

Le site d’Amiens devrait ouvrir ses portes en 2021, représentant l’une des premières usines d’Industry 4.0 sur le continent. Il est à la fois entièrement automatisé et utilise des techniques agricoles verticales pour économiser de l’énergie et de l’espace.

Le site dispose également de nombreux capteurs de données permettant aux équipes Ÿnsect de développer des modèles prédictifs pour suivre la productivité et la croissance des insectes.

Source :

EU Startup

Ynsect.com

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here